Le comité économique social et culturel

Rôle du CESC

Le CESC est un lieu de réflexion et de propositions mis en place en juillet 1998 par le Premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande suite au congrès de Brest.
Le CESC participe à la vie du parti et contribue à en enrichir la pensée. Il élabore des propositions, organise des colloques, et présente des textes et des rapports sur les grands enjeux auxquels nos sociétés sont confrontées.

Composition et fonctionnement du CESC

Les membres du CESC sont des femmes et des hommes de terrain, des chercheurs, des experts qui appartiennent ou n'appartiennent pas au Parti socialiste. Acteurs de la vie économique sociale et culturelle du pays, ils apportent grâce à leurs expériences et leur vécu des idées novatrices dans une totale liberté d'expression.

Le bureau du CESC dont le Président est Michel Debout et le Président honoraire René Teulade réunit trois fois par an son assemblée générale composée de 95 membres, seule instance habilitée à valider les propositions du CESC.

Publications

  • Etre et Avoir
    Le tsunami financier qui vient de frapper la planète – la plus grande crise depuis celle de 1929 – n’est qu’un aspect économique et monétaire d’une crise beaucoup plus vaste, crise de l’emploi, crise sociale, crise de la démocratie, crise des échanges internationaux inéquitables, crise des libertés d’aller et de venir, crise énergétique…
    Le présent rapport tente de cerner les maux de cette « Société de l’Avoir » -, celle d’une Droite mondialisée qui fait tout pour que quelques-uns s’approprient les biens de tous au détriment de l’intérêt général et de l’avenir des générations futures : tsunami financier, crise écologique, nouvelle question sociale… au détriment d’une « Société de l’Être », celle d’une Gauche humaniste et universaliste qui agit dans l’intérêt du plus grand nombre et pour la sauvegarde de notre planète.
     
  • Souffrance au travail
    L'actualité récente a mis en lumière l'ampleur des dégâts humains associés aux désastres économiques et financiers qu'engendre un capitalisme sauvage.
    La multiplication des suicides "professionnels" a révélé la dimension dramatique du mal-être des salariés et l'urgence de traiter la question sociale de la souffrance au travail.
    Les réponses à la hauteur de l'enjeu sont de nature collective. Ce fascicule développe trois catégories de ces réponses collectives :
    - les réformes des entités existantes (structures internes à l'entreprise ; CE- CHSCT- médecins du travail ; structures publiques : Pôle Emploi- Inspection du Travail)
    - le renforcement des contre-pouvoirs impliqués dans le dialogue social (syndicats -Tribunaux de Grande Instance)
    - des dispositifs nouveaux de nature à permettre au salarié de maîtriser son parcours professionnel ( le système du mandatement rénové - une conception de l'idée actuellement en débat de la Sécurisation des Parcours Professionnels). 
  • Culture, intégration et diversité

    Ce dossier: culture, intégration, diversité a pour but d’apporter des éléments de compréhension. Il tente de cerner ce qui dépend d’une volonté politique et ce qui lui échappe. Pour ceci, nous avons interrogé des personnalités qui nous apportent leur vision et l’expérience singulière de ces questions :
    Existe-t-il une « fracture » entre des cultures antagonistes ? Si oui, comment la réduire ? Sinon, quels sont les dogmes et les préjugés qui tendent à le faire croire ?
    Le thème  de « fracture » correspond-il aux sentiments et aux aspirations de tous les acteurs ainsi concernés par cette question ? La vie artistique et culturelle peut-elle annoncer, précéder ou simplement entériner les transformations d’une société qui sans cesse assimile des changements de population, de frontières, de partage du travail, de déplacements, de communications et voies de communication (internet), ainsi que la redéfinition de ses finances et de son économie, également en terme d’échanges, de droit, d’éthique et de culture ? 
    Quelle nouvelle attention prêter aux expressions populaires et artistiques venues du monde entier ?
    Comment distinguer, à travers passé et présent, les politiques d’intégration, et celles d’assimilation ?
    Comment distinguer l’approche, la reconnaissance et l’expression d’une minorité, des tentatives communautaristes ? 
    Comment les luttes « pour la reconnaissance culturelle des identités plurielles, y compris sur le terrain mémoriel, et qui représentent autant de demandes de justice» (cf.  La condition noire  de Pap Ndiaye ) font-elles partie de notre culture ?

    La société française est ainsi confrontée à un défi : surmonter ses méfiances, voire son hostilité, à l’égard des cultures venues d’ailleurs et trouver des voies autres que les politiques purement assimilationnistes ou communautaristes.

Contact :
Comité économique  social et culturel
10 rue de SOLFÉRINO
75007 Paris
Ou par mail: cesc@parti-socialiste.fr

 
 

Nous contacter

Parti socialiste
Fédération du Tarn
53 rue Henri Moissan
81000 ALBI
Tél: 05 63 60 78 07
Contactez-nous

Nous suivre sur les réseaux sociaux